20 févr. 2024

Rencontre avec Antoine Demongeot, directeur des opérations pour Chevillard Lissac

Antoine Demongeot revient sur son histoire, ses ambitions et ses rencontres qui lui ont permis aujourd'hui d'être directeur des opérations du rapprochement Chevillard Lissac.

Pourriez-vous revenir sur votre parcours ?

Ma carrière s’est construite autour de rencontres clefs, qui m’ont permis d’acquérir la vision d’un métier d’opticien expert et qui m’ont confié mes premières responsabilités. En 2008, Monsieur Jean-Michel Baundi m’a offert plusieurs opportunités dont celle d’animer son réseau de 7 magasins à la Réunion puis les 9 magasins Chevillard, désormais Chevillard Lissac.

Comment avez-vous choisi de devenir opticien ?

Je ne suis pas certain d’avoir choisi un métier, mais certainement plus un environnement dans lequel m’épanouir. La nécessité d’exercer un métier polyvalent, à la fois technique et commercial, les relations humaines entre l’opticien et ses clients, la capacité à tout mettre en œuvre pour apporter les meilleures solutions optiques, adaptées à toutes les situations, ont été mes sources de motivation.

Pouvez-vous présenter votre équipe ?

Aujourd’hui nous sommes fiers de compter 9 magasins dont le premier magasin d’optique ayant ouvert à la Réunion en 1946. Nous sommes une équipe de 50 personnes dont 9 responsable de magasins, une optométriste adaptateur de lentille technique, un responsable de la formation, de la basse vision et de la relation médicale ainsi qu’un service administratif composé d’une comptable, d’un service tiers payants mutualiser pour les 9 magasins et de mon binôme Véronique LOUIS, directrice administrative et financière. Au quotidien, la disponibilité et l’écoute sont les clefs du bon fonctionnement d’un groupe. Et c’est en équipe que l’on gagne !

Qu’est-ce qui vous a séduit chez Lissac ?

Chevillard et Lissac ont célébré leur rapprochement il y a maintenant 9 mois et c’est avec plus de 180 années d’expertise cumulées que ces deux groupes familiaux dont l’ADN est particulièrement proche, vont maintenant mutualiser leur pratique. Lissac va nous permettre d’exceller dans des domaines comme la vision de l’enfant, la basse vision ou même les lunettes sur-mesure. La filière visuelle réunionnaise (ophtalmologues et orthoptistes) est en demande d’opticien expert dans ces domaines pour répondre aux besoins de la population réunionnaise.

Quel est votre plus bel accomplissement ?

Nous avons tendance à vivre dans le présent et tourné vers l’avenir. C’est pour moi cette transition récemment réalisée de Chevillard vers Chevillard by Lissac qui est une grande source de satisfaction. C’est donc collectivement que nous avons franchi cette étape avec succès, c’est grâce à toutes les équipes de la Réunion et de Lissac France que nous avons réussi ! Bravo à tous.